Keir Starmer with the newly elected MPs as councillor leaves Labour

Un ancien conseiller travailliste met les travaillistes sous le feu des critiques à propos de Gaza

Habib Rahman explique pourquoi le Parti travailliste n’est pas une option viable pour ceux qui veulent un changement transformateur

« C’était une décision simple à prendre. » C’est ce qu’a déclaré l’ancien conseiller travailliste Habib Rahman à propos de sa décision de quitter le parti. « Nous sommes arrivés à un point critique », a-t-il déclaré à Socialist Worker. « Chacun de nous a un certain niveau de tolérance. Je ne considère pas le Parti travailliste comme ma perte, je suis leur perte. Et des milliers d’autres personnes sont dans la même situation que moi.

Habib soutient pleinement la conférence « Pas de cessez-le-feu, pas de vote » organisée par d’anciens conseillers travaillistes et militants de gauche qui cherchent à agir sur la Palestine en dehors du parti travailliste. Mais la position meurtrière de Keir Starmer sur Gaza n’est pas la raison déterminante pour laquelle Habib a rompu son adhésion. Il dit qu’il menait une « bataille continue pour lutter contre le racisme institutionnel » au sein du parti travailliste.

« Cela a été un long processus au cours des deux dernières années », a-t-il déclaré. « Ce fut un moment vraiment terrible et triste de partir, surtout en tant que partisan travailliste de longue date. Mais il n’y avait pas d’autre alternative : ce n’est pas le parti auquel j’ai adhéré. Sous le leader actuel, les choses ont pris une direction totalement différente, en se plaçant le plus à droite possible.»

Au sein du Labour, Habib affirme avoir été soumis « à la haine et aux abus islamophobes ». « J’ai déposé une plainte officielle auprès de l’organisme de plaintes du parti. Il a déclaré la personne coupable mais lui a seulement imposé une suspension de 12 mois, et non une expulsion complète. J’ai vu des membres travaillistes expulsés pour des raisons moins importantes que cela.

Selon Habib, les musulmans ne sont pas les seuls à ne pas être pris au sérieux par les travaillistes. « Il y a une discrimination disproportionnée. Les jeunes femmes ne sont pas soutenues pour franchir les prochaines étapes du statut de membre à la politique locale.

« Ni les personnes de couleur, ni les personnes de confessions particulières. Les groupes d’élite ne se rangent que du côté des groupes d’élite. Je ne m’intégrerai jamais, mais je ne changerai ni ne ferai de compromis sur mes convictions.

Malgré le rapport Forde accablant de 2022 sur le racisme au sein du parti, Habib a expliqué que le parti travailliste choisit la discrimination dont il traite. « Lorsqu’il y a eu un problème d’antisémitisme au sein du parti travailliste, il a été traité à juste titre. Je vois le parti travailliste prendre une forme de discrimination plus au sérieux qu’une autre.

« Ceux qui souffrent d’abus et de discrimination doivent être soutenus. Mais cela n’a pas été le cas et les auteurs ont été protégés et soutenus. C’est une situation vraiment désolante.

Habib a rejoint le parti travailliste en 2007 et a été élu conseiller pour la première fois en 2010. Il est devenu maire pour un an en 2021. En plus d’être un conseiller nouvellement indépendant, il travaille pour une association caritative pour les réfugiés.

«Je pensais que je pouvais continuer à me battre et à apporter des changements au sein du parti travailliste», a-t-il déclaré. « Mais je me cognais la tête contre un mur de briques. Cela vous épuise.

Habib dit que même s’il y avait des luttes internes au sein du parti travailliste, il avait une vision « d’ensemble ». « En Grande-Bretagne, peu de gens souhaitent être gouvernés par ce gouvernement conservateur ignorant et cruel.

« J’étais déterminé à mettre les travaillistes aux commandes. Mais le parti n’est pas sur la bonne voie.

« Sa position sur la crise des réfugiés n’est pas quelque chose que je soutiens. Nous devrions être un parti qui accueille sans aucun doute les personnes qui fuient les persécutions, la violence et la guerre.

« Nous ne devrions pas appliquer de limites. Mais je pensais que ce combat pouvait être mené en interne. Le tournant fut le 7 octobre. « Starmer s’est tiré une balle au sol dans sa position actuelle », a-t-il déclaré.

«Je ne vois pas les travaillistes remporter les élections générales avec une majorité. Starmer a tout fragmenté. Sa détermination et ses opinions de droite coûteront cher aux travaillistes.»

Habib ajoute que le mal a été fait avec l’interview de Starmer sur LBC.

« Qui, sensé, surtout en tant que chef de l’opposition, affirme qu’un autre pays a le droit de refuser des ressources vitales comme l’énergie, la nourriture et l’eau ? C’est incroyable. Il aurait dû revenir immédiatement avec des excuses, mais ses efforts n’ont pas été suffisants.»

« Appeler à une pause dans les bombardements et les massacres de personnes innocentes n’est pas suffisant. Un cessez-le-feu ne suffit pas. Je veux voir la fin immédiate du génocide. Pour moi, un cessez-le-feu signifie que tout pourrait recommencer. Les Palestiniens ont le droit de vivre sur leur propre terre.

A lire également