A painting from 1917 by Roque Gameiro shows Vasco da Gama’s departure for India

La guerre et la violence impérialistes utilisées pour étendre le régime colonial

Le nouveau livre de Lauren Benton examine la violence barbare présentée comme légitime défense

Comment nos dirigeants ont-ils pu maintenir et justifier leurs guerres impérialistes sans fin ?

C’est la question que pose l’historienne américaine Lauren Benton dans son nouveau livre They Called It Peace: Worlds of Imperial Violence.

Nos dirigeants disent souvent qu’ils ont été contraints de s’engager dans des actes de guerre contre leurs ennemis pour empêcher des conflits plus larges.

Benton réfute cela et affirme que ce sont presque toujours des violences à plus petite échelle, ou ce qu’elle décrit comme des « petites guerres », qui ont conduit à des guerres encore plus étendues et perpétuelles.

Le livre couvre des siècles d’histoire, approfondissant les récits de violence impérialiste de l’Asie à l’Amérique du Sud, en se concentrant souvent sur des victimes moins connues de la violence impérialiste.

Benton indique clairement que ce ne sont jamais uniquement des massacres ou des guerres à grande échelle qui ont été utilisés pour affirmer leur domination sur les populations autochtones.

Dans plusieurs chapitres, elle passe en revue certaines des méthodes utilisées pour affirmer la domination coloniale, y compris le pillage ou le vol des maisons et des biens des peuples autochtones.

Un récit écrit par un membre de l’équipage d’un navire portugais en 1504, dirigé par l’explorateur Vasco da Gama, révèle comment les colonisateurs utilisaient une violence brutale pour s’assurer d’avoir la priorité en matière de commerce.

Naviguant au large de la côte ouest de l’Inde, les Portugais ont capturé les Indiens « après trois jours de combats.

Ils ont ensuite retiré les captifs du gréement et leur ont méthodiquement coupé les mains, les pieds et la tête avant d’entasser les parties du corps dans un bateau et de le jeter à la dérive vers la ville.

Elle écrit que da Gama « a pleinement embrassé la violence, à la fois pour le pillage qu’elle a entraîné et pour son succès à imposer le commerce et le tribut ».

Tandis que Benton révèle des récits d’horreurs impérialistes, elle enquête également sur la manière dont les responsables ont tenté de les justifier.

Elle décrit de manière experte comment ceux qui sont au pouvoir modifient les règles sur ce qui est permis en temps de guerre.

Vers la fin du livre, Benton décrit une frappe de drone américain sur un bâtiment de la ville syrienne de Karama en 2017.

Les services de renseignement américains ont déclaré qu’ils pensaient que le bâtiment était un centre de formation de l’EI. La frappe de drone a effectivement tué des femmes et des enfants, mais a été enregistrée comme une « mesure défensive ».

Elle écrit que cette étiquette a été utilisée à plusieurs reprises par Talon Anvil, une cellule secrète américaine dédiée à mener des frappes contre Isis en Syrie de 2014 à 2019.

Talon Anvil a trouvé qu’il fallait trop de temps pour autoriser les massacres. Ainsi, fin 2016, l’État américain a simplement élargi la définition de la légitime défense pour faciliter l’obtention de l’autorisation de mener des frappes de drones.

L’idée selon laquelle nos dirigeants modifient les paramètres de ce qui constitue la légitime défense est présente tout au long du livre. Le livre de Benton est utile pour comprendre comment notre classe dirigeante a tenté de normaliser l’idée selon laquelle la guerre sans fin est un élément standard du système.

Parfois, il semble que ce livre suggère que les guerres sont simplement le produit de la violence des États impérialistes entraînant des représailles de la part de l’autre camp.

Mais pour les marxistes, l’impérialisme représente bien plus que cela. La guerre et la violence impérialistes se poursuivent parce que les États capitalistes sont enfermés dans un système de concurrence les uns avec les autres pour le contrôle économique et militaire.

Le livre se termine par cette phrase : « L’histoire nous dit que nous devrions dire non à la guerre, à quelque échelle que ce soit. » S’il y a un message à retenir de ce livre, c’est qu’aucun acte de violence impérialiste ne doit jamais être oublié.

  • They Called It Peace: Worlds of Imperial Violence de Lauren Benton est disponible à partir du 13 février au prix de 35 £ à partir de signetsbookshop.co.uk

A lire également