Nigel Farage has seen a rapid rise in the polls (Photo: flickr/Gage Skidmore)

Tirez la sonnette d’alarme : le racisme et la réforme britannique sont en hausse

Les politiques racistes et l’extrême droite sont en hausse. Nous avons besoin d’une résistance de masse pour riposter

Nigel Farage a constaté une hausse rapide dans les sondages (Photo : flickr/Gage Skidmore)

Il est temps de tirer la sonnette d’alarme plus fort : la croissance de l’extrême droite et du parti Reform UK de Nigel Farage menace de provoquer un changement sismique.

Et en réponse, des sections du mouvement syndical et de la « gauche » font des compromis avec le diable. Les antiracistes doivent réagir de toute urgence.

Plusieurs sondages d'opinion montrent désormais que le parti de Farage est au même niveau ou devant les conservateurs à l'échelle nationale. Et ils prédisent avec confiance que Farage gagnera à Clacton, dans l'Essex, où il se présente comme député. Nous ne pouvons pas savoir si les sondages reflètent la réalité ou si au moins certains d’entre eux expriment simplement les souhaits de ceux qui veulent promouvoir Reform UK.

En raison du système électoral britannique, cela ne signifie pas que Reform UK dépassera nécessairement le nombre de députés des conservateurs. Mais cela signifie que le poison que Farage répand sera injecté encore plus profondément dans le débat politique.

L’extrême droite et les fascistes qui se regroupent autour d’elle pourraient être sur le point de réaliser une percée.

Des années de racisme d'État et d'islamophobie de la part des conservateurs, sans contestation du côté travailliste, constituent le contexte crucial de la croissance de Farage. Et les conservateurs, dans une situation de plus en plus désespérée, se sont enfoncés encore plus profondément dans le cloaque raciste.

Jeudi, ils ont dévoilé une publicité prétendant que les travaillistes dérouleraient le tapis rouge aux « immigrants illégaux » et écriraient « bienvenue » sur le sable des plages britanniques pour les attirer. Et le parti travailliste a commencé sa campagne électorale avec la déclaration de Keir Starmer : « Lisez sur mes lèvres : je ferai baisser les chiffres de l'immigration. Je contrôlerai nos frontières et veillerai à ce que les entreprises britanniques soient aidées à embaucher des Britanniques en premier. »

Farage va plus loin en appelant au « gel de l’immigration non essentielle », et une partie de ce qui passe pour la gauche suit sa politique avec impatience.

Après le lancement de son manifeste cette semaine, George Galloway, du Parti des travailleurs britannique, a été interrogé sur les migrants et les réfugiés traversant la Manche. Au lieu de s’opposer au racisme et de souligner que beaucoup fuyaient les ravages causés par l’impérialisme occidental, Galloway a exigé des mesures plus vicieuses que celles que les conservateurs ont osé proposer.

« Où étaient les navires ? il a dit. « Les navires se trouvaient en mer Rouge, en mer Noire et en mer de Chine méridionale. Le principal objectif et devoir de la Royal Navy est de défendre les côtes du royaume de Sa Majesté, mais elle ne le fait pas.

«Ils sont présents dans toutes les mers, sauf dans la nôtre. Ils ne participent pas au refoulement des départs illégaux de France », a-t-il déclaré.

« Les arrivées illégales en Angleterre, qui coûtent alors 80 £ par nuit et par personne, et potentiellement pour toujours au contribuable britannique. Nous disposons de tous ces moyens de la Royal Navy – le problème est qu’ils sont déployés partout, sauf pour défendre nos propres côtes. »

Galloway a affirmé que les autorités françaises « regardent les migrants quitter leurs côtes ». Il a ajouté : « Nous ne leur permettrions certainement pas de quitter les plages de France sans être inquiétés. »

Il fait écho de manière dégoûtante à la saleté de Farage – et au langage des fascistes en France.

Le dirigeant syndical du RMT, Mick Lynch, a déclaré lors d'un événement électoral : « Il y a un problème à gauche. Si les gens de la classe ouvrière disent qu'il y a un problème dans ma ville, que nous n'avons pas assez de ressources pour faire face à un afflux de personnes, vous devez y faire face. Vous ne pouvez pas dire que ce n'est pas vrai.

Il a soutenu qu’il doit y avoir « une réponse de gauche » à « la question migratoire ». « Si cela dérange certaines personnes ou est anti-réveil, je m'en fiche. »

Les travailleurs et les syndicats organisés ont été et doivent à nouveau être au cœur de la réponse antiraciste dont nous avons besoin. Nous avons besoin d’une politique de classe claire.

Que diriez-vous d’une réponse qui ne se contente pas de l’idée selon laquelle les migrants sont le problème et qui cible plutôt l’ennemi de classe : les riches et les grandes entreprises ? Soyons furieux contre les dirigeants qui vivent dans un luxe obscène et contre la classe milliardaire qui pille la société.

Une classe ouvrière divisée par le racisme ne luttera jamais efficacement contre les patrons et la classe dirigeante. Cela signifie que nous devons lutter contre le racisme.

Nos sœurs et frères sont des travailleurs du monde entier, quelle que soit la manière dont ils viennent en Grande-Bretagne. Et nos ennemis sont ceux qui occupent les sommets de la société et vivent du travail du reste d’entre nous.

Il y a beaucoup d’argent pour le logement, le NHS et tout ce dont nous avons besoin si nous démolissons le système du profit.

Ce sont des temps urgents. Nous avons besoin d’une résistance massive au racisme et d’une politique socialiste révolutionnaire au cœur de cette riposte.

Rejoignez les campagnes de Stand Up To Racism et assurez-vous qu'il y ait une participation massive le samedi 27 juillet lorsque le fasciste Tommy Robinson cherchera à profiter de la montée du racisme pendant les élections. Et bâtir une opposition socialiste de principe pour le moment et après les élections. Alors que le racisme augmente, aucune section du Parti travailliste – de gauche ou de droite – ne sera suffisante pour y faire face.

La faute aux riches, pas aux migrants

Les 52 familles les plus riches de Grande-Bretagne possèdent plus de richesses que la moitié la plus pauvre de la population britannique, soit 33 millions de personnes. La richesse combinée des 52 ans s'élève à 795 milliards de livres sterling, soit à peu près l'équivalent de 41 000 livres sterling pour chaque famille britannique.

C'est plus que tous les biens et services produits chaque année en Pologne, un pays qui compte près de 37 millions d'habitants. Au cours des 35 dernières années, la richesse des 200 familles les plus riches est passée de 42 milliards de livres sterling à 711 milliards de livres sterling, soit une augmentation annuelle de 15 pour cent en termes réels.

Il y a aujourd’hui 165 milliardaires au Royaume-Uni, contre 11 en 1989.

  • Pour le matériel de campagne Stand Up To Racism et les détails des journées d'action des 22 et 29 juin et de la manifestation du 27 juillet, rendez-vous sur standuptoracism.org.uk

A lire également