Health workers

Les agents de santé manifestent pour la Palestine, appels de défi du rassemblement Stop The War

Les manifestants sont déterminés à défier Suella Braverman qui voulait interdire la marche de samedi

Environ 250 agents de santé de tout Londres se sont rassemblés jeudi soir devant le ministère de la Santé et des Affaires sociales pour manifester leur solidarité avec la Palestine. La manifestation a été organisée par les agents de santé pour la Palestine, qui ont organisé des blocs comptant jusqu’à 1 000 agents de santé lors de manifestations nationales pour la Palestine ces dernières semaines.

Les manifestants ont scandé et entendu des discours de médecins à Gaza décrivant le ciblage délibéré des infrastructures de santé par Israël, notamment le bombardement d’hôpitaux et d’ambulances. Ils ont soulevé trois exigences : un cessez-le-feu immédiat, que le gouvernement britannique cesse d’armer Israël et la fin de l’occupation de la Palestine.

Ils ont également entendu un médecin palestinien travaillant à Londres réagir au drapeau israélien projeté sur les bâtiments gouvernementaux. Yhaya a demandé : « Où est le drapeau palestinien ? Pourquoi notre humanité n’est-elle pas reconnue ?

La manifestation s’est ensuite déroulée jusqu’à Downing Street où les organisateurs ont lu les noms des agents de santé de Gaza qui ont été assassinés depuis le début de l’attaque israélienne sur Gaza.

Jessica Walsh


Défi à Braverman et demandes de cessez-le-feu

Un message de solidarité avec la Palestine – et de défi envers les conservateurs – a été lancé jeudi lors d’un rassemblement de 280 personnes dans le centre de Londres.

Le Arrêtez la coalition de guerre (STW) a eu lieu le jour même où la ministre de l’Intérieur conservatrice, Suella Braverman, a critiqué la police pour ne pas avoir interdit la manifestation nationale de samedi.

Shelly Asquith, coprésidente du STW, a déclaré : « Malgré les tirs isolés de Suella, nous marcherons. » Elle a parlé des mobilisations contre les précédentes agressions israéliennes, en disant : « Nous avons dépassé ces chiffres, non pas une, ni deux, mais trois fois – et on recommencera samedi

Israël a déclenché une vague de meurtres et de nettoyage ethnique contre les Palestiniens qui ont osé quitter Gaza le 7 octobre.

L’auteur Tariq Ali, un vétéran du mouvement anti-guerre qui a soutenu la lutte de libération nationale vietnamienne dans les années 1970, a appelé le peuple à soutenir la lutte des Palestiniens. Il a déclaré : « Chaque fois que les Palestiniens ont tenté la non-violence, ils ont échoué. Lorsque nous avons essayé de lancer la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), elle se déroulait bien et ils ont donc dû l’arrêter.

« Ils ont rendu cela illégal dans certaines parties des États-Unis et ce misérable gouvernement veut rendre illégal le fait que les conseils pratiquent le BDS. »

Barnaby Raine, universitaire et militant, a déclaré : « Nous marchons pour les vivants, afin qu’ils puissent vivre. Nous marchons pour les morts afin qu’on se souvienne un jour d’eux comme des martyrs d’un peuple libre et non comme des terroristes. »

Il a déclaré que la punition infligée aux Palestiniens par Israël était la même que celle que nous avons vue « de l’Irlande à l’Algérie, des Amériques au Vietnam » par les colonisateurs. « Punis pour une chose : ils refusent de disparaître », a-t-il déclaré.

Le soutien de Keir Starmer aux crimes de guerre israéliens a provoqué une réaction violente au sein du parti travailliste. Plus de 50 conseillers ont démissionné du parti suite au refus de Starmer d’appeler à un cessez-le-feu, sans parler de condamner Israël.

Il y a eu d’énormes acclamations lorsque Mona Kamal, conseillère municipale de l’ouest de Londres, a annoncé qu’elle avait démissionné du parti travailliste. Elle a déclaré que « cette démission est probablement arrivée deux ans trop tard », mais le soutien de Starmer aux crimes de guerre israéliens a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Kamal a déclaré : « Ce n’est pas de la légitime défense. Il ne s’agit pas seulement d’une tentative d’extermination de la population de Gaza, mais aussi de la destruction délibérée des terres et des infrastructures d’un peuple pour faire place à un autre peuple.

« Il est vrai que la première Nakba n’a jamais pris fin, mais ce à quoi nous assistons maintenant est plus brutal et peut-être plus définitif que ce qui s’est passé auparavant. »

Kamal a appelé les gens des différents mouvements à s’engager dans la solidarité avec la Palestine car c’est « le fil qui traverse toutes » ces questions. « La Palestine est la pierre angulaire de toute lutte contre l’impérialisme occidental », a-t-elle déclaré.

« Il est de notre devoir de dire du fleuve à la mer que le peuple palestinien sera libre. »

Parmi les autres intervenants figuraient le secrétaire général adjoint du syndicat RMT, Eddie Dempsey, et le rappeur et activiste Lowkey.

Lindsey German, la responsable du STW, a déclaré : « C’est la deuxième Nakba et c’est pourquoi nous devons descendre dans la rue. Nous avons créé un énorme mouvement, les marches ont nourri des milliers d’autres actions.

Elle a fustigé les politiciens conservateurs et travaillistes qui refusent d’appeler à un cessez-le-feu. « Un cessez-le-feu est le strict minimum », a-t-elle déclaré. « Mais même cela, c’est trop pour eux. « Nous devrions réclamer la fin de l’État d’apartheid, nous devrions réclamer justice pour les Palestiniens. »

La meilleure réponse aux menaces de Braverman est de descendre dans la rue par centaines de milliers. Construisons la manifestation nationale et maintenons le militantisme avec des sit-in dans les gares, des grèves étudiantes et des débrayages et des actions sur les lieux de travail. Ce n’est pas le moment de faire comme si de rien n’était.

Tomáš Tengely-Evans

  • Marche pour la Palestine, samedi 11 novembre, rassemblement à midi à Hyde Park (sur Park Lane) pour une marche vers l’ambassade américaine, Nine Elms Lane, SW11 7US. Les organisateurs exhortent les participants à utiliser les métros Bond Street, Oxford Street et Hyde Park Corner ainsi que Marble Arch pour réduire les embouteillages.
  • Bloc syndical : rassemblement à 11h, Speakers’ Corner

A lire également