Boris Johnson and Volodymyr Zelensky shake hands in front of British and Ukrainian flags

Johnson rencontre Zelensky alors que l’Otan se prépare à une guerre plus large

L’UE et l’Otan renforcent leur coopération militaire et se préparent à des guerres plus larges

samedi 18 juin 2022

Tout comme la dernière fois qu’il aspirait à un regain de popularité, Boris Johnson a effectué une « visite surprise » à Kiev vendredi. Il a rencontré le président ukrainien Volodymyr Zelensky – et, a déclaré Johnson, « En particulier, nous avons parlé de la nécessité d’augmenter l’approvisionnement en armes lourdes. »

Zelensky a chaleureusement accueilli Johnson avec un « Salut, Boris » à son arrivée au palais présidentiel. Johnson a confirmé que la Grande-Bretagne offrirait aux forces ukrainiennes un programme d’entraînement majeur qui aurait la capacité de former jusqu’à 10 000 soldats tous les 120 jours. C’est un aveu que la guerre durera des mois ou des années avec un coût terrible pour les Ukrainiens et les Russes ordinaires.

La visite de Johnson est intervenue un jour après que les dirigeants de l’Union européenne, dont le Français Emmanuel Macron, l’Allemand Olaf Scholz et l’Italien Mario Draghi, se sont rendus dans la capitale ukrainienne. Eux aussi se sont engagés à doter l’Ukraine d’armes plus nombreuses et plus lourdes.

Dans le même temps, la Commission européenne a adopté une recommandation visant à accorder à l’Ukraine le statut de candidat à l’UE, une première étape dans le processus d’adhésion au bloc. La guerre en Ukraine a été utilisée pour étendre le rôle de l’UE. Ce ne sera pas simplement un gendarme contre la politique sociale « radicale », mais aussi de plus en plus un bloc militaire dominé par les principales puissances impérialistes d’Europe.

La guerre accentue toutes les tensions entre l’Occident, la Russie et la Chine. Et cela est encore intensifié par les pressions économiques de l’inflation galopante. Le sommet de l’OTAN à Madrid plus tard ce mois-ci sera un conseil d’escalade de la guerre.

Les ministres de la défense de l’OTAN ont conclu deux jours de discussions pour le sommet jeudi. Le secrétaire général Jens Stoltenberg a déclaré que le sommet aborderait des domaines clés, notamment le renforcement de la dissuasion et de la défense et les demandes d’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’alliance des bellicistes.

Mercredi soir, les membres de l’Otan ont rencontré le ministre ukrainien de la Défense, Oleksii Reznikov. Stoltenberg a déclaré : « Les Alliés ont annoncé une assistance supplémentaire, y compris des armes lourdes et des systèmes à longue portée indispensables.

Envisageant un avenir de militarisme accru, Stoltenberg a déclaré: « Cela signifiera davantage de formations de combat déployées à l’avant de l’OTAN ». L’Otan veut aussi « renforcer nos groupements tactiques dans la partie orientale de notre Alliance. Plus de défenses aériennes, maritimes et cybernétiques, ainsi que des stocks d’équipements et d’armes prépositionnés. Et un nouveau modèle de force, avec plus de forces à un niveau de préparation plus élevé, et des forces spécifiques pour permettre un renforcement beaucoup plus rapide.

Sans véritable débat démocratique, un pas de géant s’opère vers le renforcement de la puissance militaire des pays de l’Otan. Et cela se produit alors que la vie des travailleurs est pressée par la flambée des prix et les réductions en termes réels de services vitaux.

Stoltenberg s’est vanté qu’il y avait eu sept années consécutives d’augmentation des investissements dans la défense entre les membres européens de l’OTAN et le Canada. Mais il voulait plus. « Il est temps de maintenir l’élan », a-t-il déclaré.

C’est le genre de rhétorique qui pousse à une guerre plus large. L’Ukraine a récemment déclaré que ses forces avaient touché un remorqueur de la marine russe avec deux missiles Harpoon dans la mer Noire. C’est la première fois qu’il prétend avoir frappé un navire russe avec des armes anti-navires fournies par l’Occident.

Les forces russes continuent de pilonner des villes de l’est de l’Ukraine, provoquant des destructions massives et des pertes effroyables. Au lieu d’alimenter la guerre, il doit y avoir un mouvement plus fort pour y mettre fin.

  • La coalition Stop the War a appelé à une journée d’action le samedi 25 juin pour coïncider avec le sommet de l’Otan à Madrid. Pour plus de détails, allez à bit.ly/STW2506

A lire également